SOCIAL SQUARE


ENREGISTRER UN E.P.

Le contexte

Le groupe Social Square entame une nouvelle phase dans son histoire. Plus de bassiste, passage à un duo guitare-chant/batterie. Le challenge : pallier à l’absence de la basse, trouver un nouveau son pour le groupe. Plus globalement, le groupe nous laisse les rênes pour enregistrer un E.P.

SOCIAL SQUARE


ENREGISTRER UN E.P.

Le contexte

Le groupe Social Square entame une nouvelle phase dans son histoire. Plus de bassiste, passage à un duo guitare-chant/batterie. Le challenge : pallier à l’absence de la basse, trouver un nouveau son pour le groupe. Plus globalement, le groupe nous laisse les rênes pour enregistrer un E.P.

La réponse

Nous avons donc carte blanche et nous ne laisserons rien au hasard. Nous pensons depuis toujours que tout se joue à la prise de son, avec une direction artistique claire. Chaque maillon de la chaîne sera alors optimisé. Avant tout le son des instruments.
Pour la batterie pas un seul artifice ne sera utilisé pour régler les problèmes de résonances, nous préférerons accorder rigoureusement chaque fût.
Pour la guitare, nous essaierons plusieurs amplis, guitares et pédales d’effets pour trouver la combinaison parfaite et ce, pour chaque titre.
Nous choisirons nos micros et leurs placements avec soin. Nous laisserons de la place à l’expérimentation (par exemple, le micro de caisse claire posé directement sur la peau de frappe. Bonjour les harmoniques!).
Et bien sûr, car c’est un point essentiel pour nous, nous attacherons beaucoup d’importance au jeu des musiciens, que nous dirigerons tout comme on dirige un comédien.

Au final, les prises de sons brutes sonnent quasiment comme le produit fini. Avec des prises de son pareilles, le mix est une partie de plaisir car il n’y a pas un seul son à corriger. Il suffit de pousser encore plus loin la direction artistique établie au départ. Là encore l’expérimentation est de mise avec notamment l’utilisation de pédales de guitares sur la voix et du reamping de pièce pour créer des rooms de batterie uniques. Pour finir, en toute logique, le mastering nécessite très peu de traitements, les mixes étant très aboutis.

Au final, les prises de sons brutes sonnent quasiment comme le produit fini. Avec des prises de son pareilles, le mix est une partie de plaisir car il n’y a pas un seul son à corriger. Il suffit de pousser encore plus loin la direction artistique établie au départ. Là encore l’expérimentation est de mise avec notamment l’utilisation de pédales de guitares sur la voix et du reamping de pièce pour créer des rooms de batterie uniques. Pour finir, en toute logique, le mastering nécessite très peu de traitements, les mixes étant très aboutis.

Depuis la sortie du E.P. , une des principales remarques qui ressort est la qualité de la production. On peut lire dans les chroniques « ils ont trouvé leur son […] disque de la maturité  ». On a bien bossé on dirait !

Ecoutez le mix final

Ecoutez le mix final

Illustration © Half Bob

Illustration © Half Bob


VOUS AIMEREZ AUSSI :